Arts du spectacle La décoration, le design Artisanat d'art Pierre precieuse, le verre
La photographie Le graphisme, la peinture La sculpture, le bois La lutherie
  Portail sur la formation professionnelle, informations sur les métiers, services étudiants

  > Accueil > Infos métiers > Métiers d' Art

> Portrait d'un Taxidermiste






  Portrait d'un Taxidermiste (2 portraits)

Temoignage d'un Taxidermiste vu par ladepeche


Taxidermiste de gros gibiers



Safari professionnel. Il accompagne, guide les chasseurs en Afrique et naturalise les trophées. Didier Wasson est un chasseur. Et c'est ce loisir qui l'a conduit, très jeune, sur la voie de la taxidermie. Après une interruption de ce métier durant quelques années, il reprend aujourd'hui cette activité. Il a ouvert un atelier et un lieu d'exposition au Bout-du-Pont à Tarbes. «Jeune chasseur, mon premier trophée était une bécasse. Pour l'avoir en décoration, je suis allé à Hagetmau, je suis originaire d'Orthez, chez un taxidermiste. C'est là que tout a commencé. Près de la retraite, cet homme m'a expliqué ce qu'il faisait. Il m'a donné un livre complet, détaillant les procédés», explique Didier Wasson. Quelques jours plus tard, il tue un merle. «Je me suis lancé, je l'ai naturalisé», dit-il.

Sur le fameux livre, Didier Wasson découvre les adresses de deux taxidermistes au Canada. Curiosité, envie de découverte, un an plus tard, il part là-bas.

«J'y suis resté trois semaines. J'ai fait deux stages. Sur place, j'ai beaucoup appris, que ce soit sur la chasse de grosses pièces que sur la taxidermie. Un des deux naturalistes travaillait au Musée de la faune à Montréal», raconte-t-il.


«Le Bigourdan est un chasseur dans l'âme»


Il s'installe alors taxidermiste à Orthez. «J'ai commencé à avoir des clients. Peu de Béarnais, ces derniers sont chasseurs mais pas conservateurs. Le Bigourdan, par contre, est un chasseur dans l'âme.

Trois ans se sont écoulés. Les six années qui ont suivi, je suis reparti chasser l'ours au Canada. On a droit à deux prises, une au printemps et une en hiver», poursuit-il.

Toujours en quête de savoir, il se rend, «chez le meilleur taxidermiste au monde, Don Holt, à Kerrville au Texas. Il a gagné le championnat du monde avec une pièce rassemblant un zèbre et un lion. Une merveille de réalité entre les bêtes et le décor. Fort, je croyais l'être, je le suis devenu après!», remarque-t-il.

Après une interruption d'activité, il remet le pied à l'étrier. Et c'est vers l'Afrique, à présent, qu'il se tourne.«En m'installant à Tarbes, les clients m'ont suivi. Ils chassent en Afrique. Par l'intermédiaire d'une entreprise française spécialisée dans les safaris, je les accompagne. Mon objectif est de devenir guide de chasse en Afrique du Sud. Prochaine étape, suivre cette formation à Johannesbourg. C'est le gage d'une référence en sécurité et réglementation et d'une confiance absolue», dit-t-il.

Place, enfin, à la naturalisation des trophées des chasseurs qu'il accompagne. «L'animal est dépecé. Les crânes sont bouillis, les peaux sont salées, séchées et traitées pour passer au contrôle vétérinaire. Les pièces arrivent en France dans des caisses en bois», raconte Didier Wasson.

Le tannage des peaux est réalisé dans deux usines françaises, en Savoie et en Bretagne, spécialisées dans cette activité. Reste alors à reconstituer l'animal sur un socle en polyuréthanne après avoir «remonté le crâne et les cornes de l'animal et procédé à l'habillage avec la peau tanné. À chacun d'imaginer la pose la mieux appropriée. Il s'ensuit divers travaux de finition avant un séchage d'un mois et demi environ. Et l'installation, chez le client, du trophée».

Son activité semble bien partie. Et dès novembre, il accompagne un nouveau safari en Afrique.


Fiche métier du Taxidermiste

Taxidermiste de gros gibiers Publié le 03/08/2004 | LaDepeche.fr .


  Etes-vous fait pour le métier de Taxidermiste ?

Atout Métier vous aide à définir l'orientation qui vous convient le mieux. Cet outil est destiné aux étudiants, aux jeunes diplômés, aux demandeurs d'emploi, ainsi qu'à tout individu en poste qui souhaite faire le point sur son projet d'évolution professionnelle et personnelle.
En savoir plus ...


Temoignage d'un Taxidermiste vu par ladepeche


La seconde vie des animaux
LOT & GARONNE - Taxidermiste, Marie-Claude aime les bêtes



Jeudi, 11 heures. Ça y est, il va falloir s'y mettre: « Qu'est-ce que je vais bien pouvoir préparer aujourd'hui? » Marie-Claude Brispot-Lespinasse enfile un tablier, et elle ouvre son congélateur. Après avoir hésité un peu, elle en sort... un chien.

Que l'on se rassure: n'en déplaise aux apparences, nous ne sommes pas dans un mauvais restaurant chinois, mais chez un taxidermiste réputé. Le chien est un superbe bichon, au poil soyeux. Sa truffe est encore brillante, et on a l'impression qu'il ne fait qu'être endormi...

Et c'est tant mieux. Parce que, pour que la naturalisation d'un animal puisse être opérée dans les meilleures conditions, il ne faut surtout pas que le corps ait commencé à pourrir.

Après avoir laissé le chien se décongeler au soleil, Marie-Claude a donc pris son scalpel, et elle a méticuleusement dépecé l'animal, tout en mettant de côté les chairs, que l'équarrisseur viendra récupérer un peu plus tard. Pendant ce temps, les os des pattes et le crâne de l'animal ont été abandonnés aux fourmis, histoire de les débarrasser de leurs derniers lambeaux de graisses et de viandes...

RAPPORT AFFECTIF

Empailler les animaux domestiques, ce n'est pas franchement la tasse de thé de Marie-Claude: « Cela me met mal à l'aise... Les maîtres cherchent à faire perdurer, bien au-delà de la mort, le rapport affectif qu'ils entretenaient avec leur mascotte... Je me demande si tout cela n'est pas un peu malsain... »

Aucun rapport ambigu, en revanche, avec les sangliers, les cerfs, les chevreuils, les renards ou les perdrix que lui confient les chasseurs: « Il s'agit là, non pas de faire revivre un cadavre, mais de fabriquer un trophée qui viendra décorer un salon... Cela n'a rien à voir!»

Prenons le cas d'un sanglier, par exemple. Après avoir « déchaussé » la peau de la tête du mammifère artodyactile, on se débarrassera de ses couennes à l'aide d'un racloir électrique. Puis on fera bouillir les parties dures, afin de les rendre parfaitement propres. Enfin, on injectera de la mousse de polyuréthane, ou bien de l'étoupe et de la fibre de bois entre le crâne et la peau, afin de redonner à l'ensemble son volume originel.

Il ne restera plus alors qu'à peaufiner les derniers détails: les yeux de cristal, qui seront enchâssés dans de la terre de céramiste (argile), et la langue, fabriquée avec de la cire d'abeille.

Les pièces rares de Marie-Claude? Un ragondin au poil albinos, recueilli du côté d'Agen. Une reconstitution du corbeau et du renard aussi, dans laquelle seul le camembert n'est pas empaillé... Mais la naturalisation de l'oiseau avait été tellement bien faite, qu'un chat s'est jadis élancé sur le volatile, en s'étonnant de ne pas le voir aussitôt prendre son envol... C'était il y a quelques années de cela. Depuis, le chat ne s'est plus jamais attaqué au moindre corvidé.

La seconde vie des animaux Publié le 25/07/2002 | LaDepeche.fr .




 

   
En relation :
Formation en art

Diplômes (univ.) en arts

Vidéo métier: l'art

BMA en alternance

Le secteur de l'art, le design

     
 
Formation en alternance
Formation continue
Formation à distance
Exemples de CV
  Lettre de motivation
  Test de recrutement
  Diplômes et débouchés
  Diplômes universitaires




 
METIERS
+ de 1000 fiches métiers

 

Aéronautique
Agriculture
Alimentation
Animaux (en contact avec)
Armée
Art
Artisanat
Automobile
Banque
Bâtiment
Beauté
Bio . Ecologie
Carrières
Commerce
Communication
Comptabilité
Culture
Documentation
Droit
Environnement
Formation
Humanitaire
Immobilier
Industrie
Industries spécifiques
Informatique
Médecine
Médias
Mer . Océan
Mode
Multimédia . Internet
Ressources Humaines
Science
Secrétariat
Sécurité
Services aux personnes
Social
Sport . Loisirs
Tourisme
Transport

Métiers du monde
Recherche alphabétique

Pour quel métier êtes-vous fait?

Suivez nous sur :

Partagez cette page :

 


Plan du site - Organisme de formation - Informations légales - Contact
Déclaration cnil n° 1166774