Portail sur la formation professionnelle, informations sur les métiers, services étudiants

  > Accueil > Infos métiers > Métiers de la culture

> Assistante de conservation






  Interview: Assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques

Interview d'une Assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques vu par L4m


Béatrice D.
assistante qualifiée de conservation du patrimoine et des bibliothèques (depuis 1982)
Société: Médiathèque de Faches-Thumesnil


> Quel type de cursus avez-vous suivi avant d’exercer cette profession ?


- Après mon Bac, en 1982, j’ai passé un premier CAFB (Certificat d’Aptitude à la Fonction de Bibliothécaire), avec une option lecture jeunesse. L’année suivante, j’en ai passé un deuxième, cette fois, avec une option lecture publique.
Après l’obtention du second, le système a changé et il était alors nécessaire de passer un concours… Mais, je n’en ai pas eu besoin, car j’avais déjà mes deux CAFB et j’étais dans la période transitoire. De plus, j’étais déjà en poste depuis 1982 à la médiathèque de Faches-Thumesnil, où j’étais entrée directement après mon Bac.

> Pouvez-vous nous parler de votre parcours depuis vos débuts ?

- Et bien, comme je le disais, quand j’ai obtenu le Bac, j’ai commencé à travailler à la médiathèque de Faches-Thumesnil, en tant qu’agent du patrimoine (NDLR : premier échelon), puis j’ai passé des concours en interne, afin d’évoluer au sein de cette structure. D’abord, celui d’assistante, puis celui d’assistante qualifiée, pour terminer directrice, fonction que j’occupe encore aujourd’hui.

> Quel a été le contexte de votre embauche ?

- A l’origine, j’étais entrée en mairie pour effectuer un remplacement de quelques semaines, mais, je ne l’ai jamais fait. J’ai été envoyée pour travailler en bibliothèque et ça m’a plu, donc, j’ai passé les diplômes pour pouvoir y rester. Ensuite, j’ai évolué au poste par des examens passés en interne, des entretiens, etc.

> En quoi consiste votre travail ?

- En tant que directrice, je suis chargée de la gestion complète du bâtiment, de son bon état général et du personnel qui y est employé. De plus, je m’occupe de l’acquisition et de la gestion du fond de livre pour adultes et de la cohésion de celui-ci avec les livres jeunesse et les CD. Je gère aussi la salle multimédia et la galerie d’art moderne de la structure. En effet, au sein de la médiathèque se trouve une galerie d’exposition, mais ce n’est pas le cas partout… Sinon, je suis en contact avec nos partenaires financiers et ceux avec qui on organise des animations. Et pour finir, je fais le lien avec la hiérarchie municipale, ce qui implique la rédaction de comptes-rendus, de rapports et l’établissement de statistiques.

> Pourquoi avez-vous fait le choix de cette profession ? Qu’est-ce qui vous a plu ?

- En fait, ça a été un hasard quant au choix, puisqu’au départ, je n’aurais jamais dû travailler en médiathèque… C’est ce que je vous expliquais tout à l’heure. Mais, une fois en place, j’ai souhaité continuer, car les activités me plaisaient vraiment beaucoup. Je trouve ce travail fascinant, car il allie tout ce que j’aime : la lecture, le rapport avec le public, des tâches variées et beaucoup de rencontres.

> Selon vous, y a-t-il des qualités nécessaires pour exercer cette profession ?

- Trois qualités principales me viennent immédiatement à l’esprit… D’abord, avoir beaucoup d’intérêt pour la culture en général. Ensuite, savoir s’adapter aux personnes que l’on rencontre et à celles avec qui on est amené à travailler. Et enfin, aimer apprendre, car on apprend en permanence et il faut donc être très curieux.

> Et quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient travailler dans ce domaine ?


- Aujourd’hui, il leur faudra préparer le concours et pour ça, il existe une filière DEUST des métiers du livre. Elle n’est pas obligatoire et, dès le Bac, il est possible de passer le concours d’assistant. Après un DEUG ou un DEUST, on peut passer le concours d’assistant qualifié et avec une licence, celui de bibliothécaire.
Le problème, c’est que les personnes qui ont le concours ne connaissent pas le métier.
Il est donc utile de faire un an de formation au CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale). On y effectue des stages théoriques au sein de l’établissement de formation et des stages pratiques dans des bibliothèques… Cela permet de se rendre compte des réalités de cette profession. Sinon, toujours pour préparer le concours, je conseillerais également de ne pas hésiter à aller se renseigner dans les bibliothèques et à rencontrer les gens qui y travaillent.
En général, les gens passent le concours de niveau inférieur (par exemple, avec une licence, ils passent celui d’assistant qualifié) et ensuite, ils passent les concours en interne.
Pour passer ces concours, il faut minimum 4 ans d’ancienneté et on peut aussi suivre la formation du CNFPT. Une dernière chose qu’il faut savoir, c’est que si vous avez le CAPES de documentaliste, vous pouvez travailler en collège/lycée, mais aussi en bibliothèque, alors que l’inverse n’est pas vrai. Pour autant, c’est une chose que l’on voit rarement, car les documentalistes en établissement scolaire sont payés plus et bénéficient des mêmes vacances que les profs…

> Quels sont les perspectives d’avenir du métier ?


- Elles sont en chute libre… En 1981, avec la loi Lang d’aide à la création de bibliothèques dans les communes moyennes, on a connu une forte progression… beaucoup de bibliothèques ont vu le jour, car les aides financières étaient importantes. Aujourd’hui, ces aides n’existent plus.
Les seuls postes qu’il y ait, sont ceux qui se libèrent pour cause de départs en retraite.
Mais bon, les personnes embauchées en 1981 ne vont pas partir tout de suite. En fait, c’est d’ici à une dizaine d’année qu’on aura besoin de main-d’œuvre.

> Et vous, comment envisagez-vous votre avenir ?

- Il me reste encore quinze ans avant de prendre ma retraite… D’ici là, j’aimerais participer à la création d’une nouvelle bibliothèque. C’est, je pense, un challenge intéressant.

> Pour terminer, pouvez-vous nous parler des salaires ?

- Lorsque vous avez un niveau d’agent du patrimoine (le plus bas), la rémunération se fait sur la base du SMIC. Ensuite, ça fonctionne par échelons et par grades. Cependant, il faut savoir que c’est un des métiers les moins bien payés, par rapport à d’autres secteurs d’activité à niveau d’études équivalent. Un assistant qualifié gagne moins de 1 500 € par mois.



  Etes-vous fait pour le métier d' Assistante conservation ?

Atout Métier vous aide à définir l'orientation qui vous convient le mieux. Cet outil est destiné aux étudiants, aux jeunes diplômés, aux demandeurs d'emploi, ainsi qu'à tout individu en poste qui souhaite faire le point sur son projet d'évolution professionnelle et personnelle.
En savoir plus ...





 




   
En relation :
Formation en culture

Diplômes (univ.) en culture

Vidéo métier: la culture

Le secteur de l'art, le design:
les métiers artistiques constituent un pôle important ...

     
 
Formation en alternance
Formation continue
Formation à distance
Exemples de CV
  Lettre de motivation
  Test de QI
  Diplômes et débouchés
  Etre fille au pair




 
METIERS
+ de 1000 fiches métiers

 

Aéronautique
Agriculture
Alimentation
Animaux (en contact avec)
Armée
Art
Artisanat
Automobile
Banque
Bâtiment
Beauté
Bio . Ecologie
Carrières
Commerce
Communication
Comptabilité
Culture
Documentation
Droit
Environnement
Formation
Humanitaire
Immobilier
Industrie
Industries spécifiques
Informatique
Médecine
Médias
Mer . Océan
Mode
Multimédia . Internet
Ressources Humaines
Science
Secrétariat
Sécurité
Services aux personnes
Social
Sport . Loisirs
Tourisme
Transport

Métiers du monde
Recherche alphabétique

Pour quel métier êtes-vous fait?

Suivez nous sur :

Partagez cette page :

 


Plan du site - Organisme de formation - Informations légales - Contact
Déclaration cnil n° 1166774