Les métiers au Vietnam Les métiers au Maroc Au Sénégal
Les métiers au Canada En Suisse Autres pays du monde
  Portail sur la formation professionnelle, informations sur les métiers, services étudiants

  > Accueil > Infos métiers > Métiers du monde

> Sculpteur sur bois






  Sculpteur sur bois au Vietnam

Un Sculpteur sur bois vu par lecourrier.vnagency



Le village de Thiêt Ung, en banlieue de Hanoi, s'attache à conserver son métier traditionnel qui est la sculpture sur bois. Pour les villageois, une question se pose : comment faire pour lui apporter une eau de jouvence ?
Le village de Thiêt Ung, encore appelé Ong, fait partie de la commune de Vân Hà, district de Dông Anh, en banlieue de Hanoi. Sa renommée est dûe à un très vieux métier (qui date entre les XVe et XVIe siècles) : la sculpture sur bois avec les statues comme produit principal.

Les statues en bois du village de Thiêt Ung sont taillées en majorité selon des modèles chinois, dont les plus typiques sont le triade bien connu de "Phuc-Lôc-Tho" (Bonheur- Prospérité- Longévité) et le Matreya ou le bouddha rieur. Leur forme et leur dimension sont très variées, de quelque centimètres ou de grosseur d'un doigt jusqu'à deux, voire trois mètres.
Auparavant, était bien en vogue le modèle de plusieurs personnalités illustres vietnamiens, dont le président Hô Chi Minh, le général Ly Thuong Kiêt (vainqueur des Songs, au XIe siècle), le généralissime Trân Quôc Tuân (vainqueur des Mongols au XIIIe siècle)... Ces produits, bien appréciés par la clientèle tant dans le pays qu'à l'étranger, sont surtout exportés vers la Chine, Taïwan et Hong Kong.
La fabrication de statues en bois de Thiêt Ung risquait en certains temps de tomber en désuétude. Heureusement, grâce à l'intervention de l'État, elle a désormais la chance de connaître un net essor. Une autre garantie, c'est que Thiêt Ung figure sur la liste de quelque 350 villages de métiers du pays à restaurer. De plus, avec deux autres villages que sont Kiêu Ki et Bat Tràng, il est appelé à devenir un site de tourisme écologique de Hanoi. Mais ce qui compte le plus, c'est l'attachement des habitants de Thiêt Ung à ce métier. Nombreux sont ceux qui se contentaient d'être privés de tout pour avoir de quoi construire leur propre atelier.

M. Nguyên Van Luu est une figure typique du village. Il s'est livré corps et âme à ce métier depuis une soixantaine d'années. Ses produits sont connus par leur caractère esthétique ainsi que par leur raffinement. Citons sa statue en bois de Triêu Trinh Nuong khoi nghia (Triêu Trinh Nuong se soulève contre les occupants chinois, au IIIe siècle), qui a remporté, en 2000, le prix "La main d'or" de l'École supérieure de design industriel, à l'occasion du 990e anniversaire de Thang Long-Hanoi. "Nombre de clients m'ont proposé une grosse somme d'argent pour cette oeuvre, mais je ne veux pas la vendre, je désire la léguer comme souvenir à la jeune génération", a confié M. Luu.

À part le bois, cet artiste septuagénaire travaille aussi de l'ivoire et malgré son âge avancé, il continue encore son travail. Ses cinq enfants lui ont tous emboîté le pas et cherchent comme lui à préserver le métier ancestral.
À l'avis de Duong Huy Toan, de la jeune génération de sculpteurs du village, pour arriver à préserver un métier traditionnel, la conscience et le talent sont deux facteurs nécessaires.
Selon lui, les jeunes sont capables de se familiariser rapidement avec les techniques du métier, mais ils manquent d'expérience pour pouvoir donner naissance à des oeuvres de haute valeur artistique comme les vieux sculpteurs chevronnés. "Cela exige du temps et aussi de la persévérance. De toutes façons, j'espère que le métier traditionnel de mon village va se ressusciter et se développer", a-t-il dit.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Vân Hà renaît de ses sculptures sur bois

Si son nom invite à la rêverie -Vân Hà veut dire Rivière de nuages - cette commune de la banlieue de Hanoi mène une vie très active, en développant un métier artisanal millénaire dont les matières premières proviennent du bois.

À l'arrivée aux portes des villages appartenant à la commune de Vân Hà, district de Dông Anh, Hanoi, on a d'emblée l'impression de "se perdre" au milieu des bois entassés le long des chemins, dans les cours, ou sur les terrains vagues. Retentissent de toutes parts le vrombissement des scies et raboteuses mécaniques, ou les clics-clacs réguliers provenant du ciseau frappant sur le bois. Les habitations se doublent d'ateliers, où les artisans de tout âge se consacrent avec passion à un travail minutieux, le front mouillé de sueur.


Vân Hà comprend 5 villages de métier traditionnel. À chacun ses produits spécialisés : Thiêt Ung et ses sculptures sur bois, Vân Diên et Cô Châu et leurs meubles ornés de nacre, Hà Khê et Thiêt Binh et leurs articles de décoration intérieure en bois.

Des articles "frappe à l'œil"

Selon Nguyên Van Hiên, président du Comité populaire de la commune de Vân Hà, environ 1.700 foyers sur les 2.110 que compte la commune pratiquent les métiers du bois. Plus de 3.600 personnes, soit 80% de sa population active, ont un emploi stable, sans compter les 2.000 autres artisans venus des localités environnantes. Vân Hà compte actuellement 21 entreprises privées qui, outre la fabrication de produits en bois sur commande, s'occupent du traitement du bois cru, fournissant ainsi des matières premières aux 300 ateliers familiaux. Ceux-ci proposent un large éventail de produits. Si les meubles - lits, armoires, salons, buffets, tables, chaises... - "frappent l'œil" de par leurs modèles très divers (imitation antique ou style moderne), les objets d'art, comme les figurines d'animaux, les statues de bouddhas et génies, les tableaux (paysages ou fleurs de 4 saisons), ou les panneaux transversaux (sur lesquels sont gravés ou incrustés des calligrammes en caractères chinois, destinés à la décoration intérieure des pagodes et maisons antiques)..., forcent l'admiration des visiteurs par l'habileté et de l'esprit créatif des artisans.
La vie des habitants de cette région artisanale s'améliore nettement au fil des années. Dans les villages, les sentiers sont élargis et goudronnés. Les maisons à étages dotées de conforts modernes remplacent les anciennes habitations rustiques. Ecoles, stations sanitaires, réseaux d'électricité et de télécommunications, et d'autres ouvrages d'utilité publique viennent embellir le panorama d'une région campagnarde en forte mutation.

Une formidable métamorphose grâce à Dôi moi


"L'ambiance très animée que l'on ressent à Vân Hà aujourd'hui diffère nettement de celle d'il y a une quinzaine d'années", fait remarquer M. Hiên. En effet, ce métier quasi millénaire typique de Vân Hà, parfois au bord du gouffre, a dû subir des épreuves difficiles avant de retrouver son regain d'intérêt actuel.
Aux dires des vieux artisans, la sculpture sur bois est un métier traditionnel qui se transmet de génération en génération à Vân Hà. La fête villageoise, organisée annuellement à la maison communale dédiée au culte des génies de ce métier, offre l'occasion aux villageois de rivaliser de talent pour la fabrication d'œuvres en bois. À la fin des années 1950, Vân Hà a fondé sa coopérative artisanale de meubles et objets d'art d'exportation. Avec ses produits de qualité, la coopérative de Vân Hà a ainsi pu créer une marque nationale. Un destin tragique l'a frappé 30 ans plus tard, alors que le pays opérait sa mutation en s'orientant vers l'économie de marché. Cette coopérative de métier artisanal a dû déposer le bilan à la fin des années 1980, souffrant d'une structure "trop encombrante" et d'un mécanisme "trop archaïque", dit-on. Jetés sur le pavé, les artisans ont dû partir à la recherche d'un job ailleurs. La pauvreté menaçait les habitants de cette contrée rurale dépourvue de rizières.
La politique de Dôi moi (Renouveau) a apporté un second souffle à Vân Hà qui s'est attelée à la restauration de ses métiers traditionnels. Avec la ferme volonté d'amener la population à faire fortune sur sa terre natale, les autorités locales ont encouragé la naissance d'ateliers familiaux, ouvert des cours de formation professionnelle, et créé les conditions favorables à la production, en offrant notamment des aides techniques et financières. En une dizaine d'années, la physionomie de Vân Hà a considérablement changé, aujourd'hui pourvue d'une animation jamais vue. Les clients fréquentent en grand nombre la commune, les uns dans l'espoir d'acheter des objets utiles qui embelliront leurs maisons, les autres dans le but de saisir la virtuosité d'un métier traditionnel et contempler des œuvres d'art.
Selon Nguyên Van Hiên, Vân Hà s'engage cette année à atteindre un taux de croissance économique d'entre 14% et 16%, soit plus élevé que le niveau national, ainsi que de régler au mieux les problèmes environnementaux.
L'ambiance très animée que l'on ressent à Vân Hà aujourd'hui diffère nettement de celle d'il y a une quinzaine d'années.

Nghia Dàn/CVN ( 17/09/06 )


Fiche métier du Sculpteur , le Sculpteur bois

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une journée dans un village de sculpteurs

Situé à 20 km à l'ouest de Hanoi, le village de Son Dông, province de Hà Tây, est renommé depuis plus d'un siècle pour ses sculptures en bois. Plusieurs centaines de familles exercent encore ce métier, dont les produits sont surtout destinés aux pagodes et maisons communales.

Âgé de 53 ans, Nguyên Trung Miên travaille depuis plus de 30 ans dans la sculpture sur bois. Formé par son père, il est maintenant propriétaire d'un atelier de huit ouvriers, tous de sa famille : quatre sont ses fils, quatre autres ses neveux. Comme les autres ateliers de Son Dông, celui de Nguyên Trung Miên fabrique des objets pour les pagodes et les maisons communales : statuettes de bonzes et bonzesses, de Bouddhas, de génies, panneaux frappés de sentences écrites en chinois,... Ces objets sont de toute taille. M. Miên ne cache pas les secrets de son métier : "Pour faire du bon travail, il faut d'abord acheter du bois de haute qualité et trouver des laques bien résistantes. Et puis les ouvriers doivent être laborieux. Normalement, mes fils travaillent 9 heures par jour, du matin au soir. C'est un travail très minutieux et exigent."


Un jeune artisan passionné

Ce n'est pas aussi simple la sculpture sur bois. Pour faire des panneaux, M. Miên doit d'abord débiter son bois en planches, puis le raboter. Il y dessine ensuite des motifs au crayon puis, après l'avoir sculpté, le recouvre d'une couche de laque noire. Le séchage se fait à l'abri du soleil, pendant deux jours. Au total, chaque panneau demande environ deux semaines de travail. M. Miên est fier de ses quatre fils qui ne sont pas économes de leurs efforts, s'échinant de l'aube au crépuscule. Thang, le plus jeune, malgré ses 21 ans, est le plus habile à manier le ciseau à bois, et c'est lui qui se charge de la partie la plus délicate : la taille des statues. "J'aime bien ce métier, qui me permet de gagner ma vie et qui demande de la créativité. D'un morceau de bois, il faut imaginer quel sera le visage de la statue, comment seront ses pieds. Moi, je ne veux pas quitter ma famille pour un autre métier. Je resterais là pour succéder à mon père et transmettre mon expérience. Mon projet dans l'avenir, une fois marié, c'est de créer mon propre atelier", glisse-t-il entre deux coups de maillet.

Le professionnalisme de la famille de Thang est indiscutable


Leurs oeuvres intéressent non seulement les Vietnamiens, mais aussi des visiteurs étrangers. Jean Marc Vantournoudt vient de Bruxelles. Photographe, il a pris trois pellicules lors d'une seule matinée ici. Il pense déjà à faire quelque chose pour les jeunes sculpteurs comme Thang: "C'est la 2e fois que je visite ce village. Je suis très frappé par le professionnalisme des artisans. C'est vrai qu'ils font surtout de la copie, mais il y a beaucoup de créativité dans leur travail, et ce serait peut-être intéressant de leur donner la possibilité de s'exprimer sur autre chose que de la copie. On pourrait, pourquoi pas, inviter un sculpteur européen sur bois ou sur pierre à venir 15 jours ou 3 semaines ici, pour montrer aux artisans locaux une autre vision de la sculpture, plus créative".
Allez donc visiter Son Dông le week-end. Vous n'avez qu'à prendre la route de Câu Giây. Le village se trouve 13 km plus loin. La famille de M. Miên est très hospitalière. Elle est prête à vous offrir le déjeuner si vous restez la journée. Bon voyage !

Vân Anh ( 05/11/04 )



  Pour quel métier êtes-vous fait ?

Atout Métier vous aide à définir l'orientation qui vous convient le mieux. Cet outil est destiné aux étudiants, aux jeunes diplômés, aux demandeurs d'emploi, ainsi qu'à tout individu en poste qui souhaite faire le point sur son projet d'évolution professionnelle et personnelle.
En savoir plus ...




Améliorez vos connaissances en linguistique

Séjour linguistique au Mexique
Séjour linguistique
en Chine
   
Séjour linguistique à Malte
   
Séjour linguistique aux Etats Unis


   
En relation :
Sejour linguistique

Sejour linguistique: espagne

Vidéo métier: le monde

     
 
Formation en alternance
Formation continue
Formation à distance
Exemples de CV
  Lettre de motivation
  Stage, job, 1er emploi
  Diplômes et débouchés
  Diplômes universitaires




 
METIERS
+ de 1000 fiches métiers

 

Aéronautique
Agriculture
Alimentation
Animaux (en contact avec)
Armée
Art
Artisanat
Automobile
Banque
Bâtiment
Beauté
Bio . Ecologie
Carrières
Commerce
Communication
Comptabilité
Culture
Documentation
Droit
Environnement
Formation
Humanitaire
Immobilier
Industrie
Industries spécifiques
Informatique
Médecine
Médias
Mer . Océan
Mode
Multimédia . Internet
Ressources Humaines
Science
Secrétariat
Sécurité
Services aux personnes
Social
Sport . Loisirs
Tourisme
Transport

Métiers du monde
Recherche alphabétique

Pour quel métier êtes-vous fait?

Suivez nous sur :

Partagez cette page :

 


Plan du site - Organisme de formation - Informations légales - Contact
Déclaration cnil n° 1166774